Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maidinbeirut




This blog is dedicated to women from Sri lanka and Ethiopia working as domestic workers in Beirut, Lebano
n. These women take upon themselves great voyages to foreign countries in the hope of a better future. Their courage and endurance is outstanding.

As time passes, the issues covered in this blog have expanded to cover other kinds of specific women's work like sex work, historical ways of describing the plight of women: white slavery, human traffic or modern slavery as well identitarian politics and gender...

If you want to contact us: minainbeirut[at]hotmail[dot]com


Search

Contact





This is a blog by Socialautopsy, the visual research collective.

For more information, please contact:

mina(at)socialautopsy(dot)org
and we will get in touch with you soon.

All our work is licensed under:
Creative Commons Attribution - No Derivative Works 3.0 Unported License

 

 

21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 03:50

 In an interview published in Vacarme 1999, Yann-Moulier Boutang presents his new book "économie historique du salariat bridé" and talks about minorities and social fights. It is joyous to read him, especially in the context of the issue we are dealing with.

C’est un postulat de minoritaire : ceux qui n’ont pas le pouvoir ne sont pas nécessairement extérieurs à la détermination du pouvoir ; ils parviennent à le modifier très profondément.

For in his book he argues passionately that it was not England that abolished slave trade or slavery in 1840, it was the slaves that through their fight, through their escape, liberated themselves. To regulate their flight, capitalism was forced to invent paid work.

La liberté sort de la libération, et la libération est première, elle arrive avant le capitalisme. Le capitalisme comme avatar et contrôle de la libération : c’est la thèse générale de mon livre.


Je vais prendre ce fameux exemple du maître et de l’esclave. Dans cet affrontement, l’esclave est l’incarnation du travail, de la force, face à un maître qui semble ne pas faire grand-chose, comme un gros chat qui dort. Mais ce qu’a fait le maître, c’est de rabattre l’inscription du sujet sur le seul travail : il ne tient plus en face de lui qu’une marionnette d’esclave, une poupée qui travaille. Il a normé le champ, et les dés sont pipés d’avance. Derrière cette réduction du sujet au travail, il y a une grande peur de la révolte de l’esclave. Cela se voit, par exemple, dans la chasse aux esclaves marrons avec battue, meutes de chiens, etc. Ce type de comportements barbares, ce n’est pas simplement la perversité de quelques maîtres, c’est aussi le fait que les maîtres ont une peur des esclaves absolument colossale.

Yann-Moulier Boutang believes in resistance, talks about agency, does not victimise suffering

Effectivement, nous sommes face à une véritable falaise de domination. Mais que font les gens quand ils affrontent cela ? Ils s’en vont, ils fuient. Et cette fuite est active, ce n’est pas un moindre être.


Il s’agit précisément pour les minorités de rompre avec cette partie de marionnettes. Cette rupture suppose d’abord que les gens déterminent leurs objectifs, leurs positions et leurs besoins, tout seuls, en autonomie. Et pour qu’ils arrivent à cela, il faut qu’ils fassent scission, qu’ils se retirent entre eux et déterminent le terrain commun sur lequel ils vont édifier quelque chose....il faut, pour rendre l’interaction possible, acquérir sa liberté, par rapport à soi-même, par rapport à son désir et par rapport à la société.

Partager cet article

Repost 0

commentaires